Nature & écologie

Partager sur Facebooktweeter cet article

L'azuré, la sanguisorbe et la fourmi

Auteur: le Luminaire
Dernière modification le Samedi 30 juin 2012

À lire également:

Depuis plus de vingt ans je m'intéresse aux papillons et, chaque année au printemps, je les retrouve avec toujours autant d'émerveillement. J'ai pu ainsi jusqu'à présent dénombrer 130 espèces de papillons de jour dans le bassin versant de la Méouge, ce qui correspond à la moitié de ce qui est recensé sur l'ensemble de la France. Dans ce total figurent des espèces rares, en danger souvent, voire même déjà protégées, parmi lesquelles on trouve l'azuré de la sanguisorbe, dont le nom scientifique est Maculinea telejus.

Nous avons la chance de vivre dans une des régions d'Europe les plus riches en insectes, tout particulièrement la vallée de la Méouge. Les influences climatiques alpine et méditerranéenne d'une part, le maintien d'un pastoralisme extensif qui entretient des espaces dégagés d'autre part, sont autant de facteurs de la richesse biologique du secteur de Lachau.

Les d'azurés (ou argus) sont les petits papillons bleus que l'on peut voir s'abreuver, en compagnie d’autres congénères, au bord des flaques d'eau. Cependant l'azuré de la sanguisorbe est du genre plutôt solitaire. Il est un des plus grands et des plus sombres et habite les prairies humides, où pousse la plante dont se nourrit sa chenille, la belle Sanguisorbe Officinale ou Pimprenelle, reconnaissable à ses longues tiges terminées par un bouton floral ovale de couleur pourpre. Mais ce qui fait de l'azuré de la sanguisorbe un papillon remarquable est le comportement de sa chenille qui, à partir de la troisième mue, quitte le bouton floral de la plante dont elle s'est nourrie jusqu'à présent pour se faire adopter par des fourmis. A cet effet elle sécrète une substance chimique qui incite ces fourmis à la considérer comme une de leurs propres larves.

Le stratagème ne fonctionne qu'avec une seule espèce de fourmi rouge : toute autre rencontre est une mauvaise rencontre, et la jeune chenille sera dévorée. A moins qu'elle ne meure de faim faute d'être repérée à temps par une fourmi-hôte.

Une fois dans le couvain de la fourmilière, la chenille devenue « ogre » se met à dévorer un grand nombre de larves et œufs, parfois jusqu'au dernier. Puis, au terme de plusieurs mois passés sous terre, la chenille devient chrysalide ; celle-ci se met alors à sécréter la même substance qui va inciter cette fois les fourmis à la lécher. La salive lui assure alors une protection efficace contre toute menace de moisissure, car elle contient un fongicide.

Toutefois le cycle de vie de l'azuré de la sanguisorbe n'est décidément pas sans risque car, au moment de l'éclosion, le papillon n'est plus protégé par la fameuse substance chimique et devient donc une proie facile. On estime que 40% des chenilles parviennent à se métamorphoser en papillons.

Ce mode de vie complexe fait de Maculinea telejus un papillon particulièrement fragile car la moindre modification de son milieu naturel entraîne sa disparition par rupture du cycle :

- la plante-hôte disparaît si le terrain devient trop sec ;

- il n'y a plus de fleurs pour accueillir les œufs, puis les chenilles de l'azuré, si la prairie est fauchée trop tôt ;

- la végétation envahissante et le tassement du terrain feront disparaître la fourmi rouge, si l'espace n'est plus entretenu.

Fort heureusement ce papillon trouve encore un environnement favorable «(ou refuge ?) en divers points de la plaine de Lachau, où vous pourrez donc le rencontrer.

Stéphane BENCE

05300 RIBIERS

P.S : si vous êtes intéressés par l'étude des papillons ou d'autres ordres d'insectes, voici deux associations à vocation pédagogique et scientifique sur le sujet :

l °/ Association PROSERPINE...

Le Chant du monde

Montée des vraies richesses

04100 Manosque

Renseignements : 06 30 98 59 63 ; www.proserpine.org

2°/ OPIE (Office Pour les Insectes et leur Environnement)...

Musée d'Histoire Naturelle

Bd Longchamp

13001 Marseille

Notes

• Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord - T. Tolman et R. Lewinglon - delachaux & niestlé

• Guide des papillons d'Europe - Lionel G. Higgins et Norman D. Riley - delachaux et niestié

• Les papillons de jour et leurs biotopes - Ligue Suisse pour la protection de la Nature

• Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles - Tristan Lafranchis - collection Parthénope.

Activités en rapport